fbpx skip to Main Content

Encourager des pratiques durables, dans le respect de l’environnement et des traditions

En l’espace de quelques années, brûler de la sauge blanche (Salvia apiana) est devenu une pratique à la mode dans certains milieux spirituels. Tellement qu’on en retrouve dans des kits « New Age » dans des magasins branchés ou des grandes surfaces (!).
Tellement que les populations sauvages de sauge blanche (qui pousse dans les régions arides de l’ouest des Etats-Unis et le nord du Mexique) sont devenues menacées car la demande dépasse la quantité disponible pour des pratiques durables de récolte. Des récoltes illégales qui dévastent la population locale de sauge ont lieu régulièrement sur des terres publiques et privées. Cela est sans compter le fait que l’environnement même de la sauge blanche est grandement menacé par les feux de forêts qui ravagent le sud-ouest des Etats-Unis, un peu plus chaque année.

Bref, la sauge blanche, oui ça sent bon, mais on pourrait peut-être s’en passer? On pourrait peut-être la laisser aux Premières Nations qui ont un lien culturel et spirituel profond avec cette plante?

Puis tant que j’y suis, saviez-vous que le terme « Smudge » vient des Premières Nations et implique bien plus, traditionnellement et spirituellement, que de brûler un bâton de sauge?
C’est une pratique culturelle spécifique dont l’usage et la terminologie devraient, à mon sens, par respect pour ces peuples qui ont longtemps été (et sont toujours) opprimés, réservés aux personnes qui s’identifient comme autochtones.

Je pense sincèrement que ces pratiques non durables, proches de l’appropriation culturelle, ne partent pas de mauvaises intentions mais se sont développées pour répondre à un besoin et par manque d’éducation sur le sujet. Alors je fais ma part en partageant les informations que j’ai, en espérant peut-être semer une graine quelque part.

Historiquement, la fumée de plantes fait partie de rituels et cérémonies dans la plupart des cultures et religions. En tant qu’humain, cela fait partie de nos traditions depuis bien longtemps et cela explique peut-être l’engouement pour les bâtons de sauge. Car au fond de nous, ça nous parle de brûler des plantes.
Alors comment le faire de façon respectueuse envers l’environnement et envers les différentes cultures?
Renseignez-vous sur les plantes qui poussent localement et abondamment dans votre région et dont la fumée est traditionnellement utilisée (ex : romarin, lavande, menthe, sauge officinale, genévrier en France ; armoise, cèdre, etc. au Canada…).
Apprenez à les récolter et sécher vous-même ou bien achetez-les à des herboristes/artisans de votre région!

Et si vous achetez de la sauge blanche, assurez-vous qu’elle ne soit pas sauvage mais cultivée, de préférence localement.

Merci d’avoir pris le temps de me lire. Bonne expérimentation!

bâtons de cèdre (Thuya officinalis) que j’ai fabriqué
en pleine fabrication de bâton de fumigation

Cet article comporte 2 commentaires

    1. Bonjour Sophie,
      Merci pour ce commentaire.
      Contente de savoir que cet article permet de sensibiliser d’autres personnes sur ces questions d’éthique et de respect culturel.
      Aurélie

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Back To Top