fbpx
skip to Main Content

Jeûne d’hiver et gratitude

Voilà c’est fait.
5 jours et 5 nuits à jeûner, seule, sans écrans ni téléphone, sans montre, sans distraction.
Je n’avais rien à prouver à personne, même pas à moi-même. Juste l’envie et le besoin de vraiment déconnecter du quotidien pour me retrouver, de ralentir et sentir le temps qui passe, loin des choses à faire et des obligations.
L’envie aussi de mieux connaître mon corps, d’observer mon métabolisme qui change et qui s’adapte alors que la nourriture est absente. Jour après jour.

Je lui faisais confiance à mon corps, je savais que j’étais capable, je connais ma résilience. C’était difficile, oui. Je ne veux pas faire semblant. Mais c’était aussi une très belle expérience, pleine de richesse, d’introspection et d’apprentissage.

C’était aussi une manière de réévaluer ma relation à la nourriture, de repenser à ce dont j’ai envie et ce qui me fait du bien. Je veux maintenant apprécier chaque bouchée, pas juste les premières, je veux remercier toutes les vies impliquées dans ce qui se trouve dans mon assiette et qui me nourrit. Avec respect, amour et gratitude pour mon corps et ses ressources infinies.

Dans notre monde d’abondance et de consommation, on oublie souvent ces choses-là. Notre relation à la nourriture peut être malsaine, compulsive, dans l’excès, le gâchis ou l’indifférence. Combien d’entre nous savent vraiment ce que c’est que de ne pas manger à sa faim? Combien d’entre nous reconnaissent ce qui est impliqué dans chaque aliment? Combien d’entre nous mangent en pleine conscience, rempli de gratitude?
Je me souhaite de continuer à le faire, et pas juste dans les jours qui viennent. Je veux apprécier ces repas qui rythment nos quotidiens.

Les journées m’ont paru longues, sans manger. Bien plus longues que lors de mes 3 jours de jeûne en forêt. C’est différent d’être à l’intérieur. Car oui je peux regarder les arbres, les oiseaux et les écureuils par la fenêtre, oui je peux apprécier la neige qui scintille au soleil, mais lorsqu’on jeûne dehors en nature, on ne fait plus qu’un avec elle. Dans mon coin de forêt, j’étais dans la contemplation et le lâcher-prise, en symbiose avec ce qui m’entourait.

Ces deux expériences m’auront marqué à jamais, chacune à leur façon.

J’ai pleuré en écrivant ces lignes. L’émotion est venu par surprise et je lui ai donné sa place. Aujourd’hui je suis reconnaissante d’être vivante et pleine de vie.

Merci.

Ps: Je guiderai cet été une expérience immersive de 10 jours, un rite initiatique qui inclura 3 jours de jeûne seul.e en nature. Si vous sentez l’appel, restons connectés.

Ps2: Si vous n’avez jamais jeûner, je ne recommande pas de faire un jeûne plus long qu’une journée pour commencer, ou un jeûne au jus de quelques jours si vous sentez l’appel. Surtout renseignez-vous bien ou faites le de façon supervisée. Et restez à l’écoute de votre corps, c’est votre meilleur allié.

Cet article comporte 1 commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top